Collectif d’acteurs
© Jack Garofalo


d’après le roman
"Just above my head"
de JAMES BALDWIN

Adaptation
& mise en scène

Elise Vigier

Traduction, adaptation
& dramaturgie

Kevin Keiss

Collaboration artistique
Nanténé Traoré

Images
Nicolas Mesdom

Musique
Manu Leonard
Marc Sens
Saul Williams

Interprètes
Ludmilla Dabo
William Edimo
Jean-Christophe Folly
Nicolas Giret-Famin
Makita Samba
Nanténé Traoré
à l’image :
Anisia Uzeyman
Saul Williams
Ifeanyi

Costumes
Laure Maheo

Habilleuse
Marion Régnier

Perruques
Cécile Kretschmar
assistée de Judith Scotto

Décor
Yves Bernard

Lumière
Bruno Marsol
Manuela Mangalo

Régie générale
Camille Faure
ClaireTavernier

Régie vidéo
Romain Tanguy

Régie son
Eddy Josse
Luis de Magalhaes Saldanha

Régie plateau
ChristianTirole

***
Le décor a été construit
par les ateliers
de la Comédie de Caen

GIF - 4.8 ko

CRÉATION Novembre 2017

Harlem Quartet

Hall commence à raconter pour son fils, pour que son fils sache que son oncle Arthur était un type noir, musicien et homosexuel et que c’était un type bien.

"Harlem Quartet", c’est Hall Montana qui se souvient, qui raconte et retrace la vie de sa famille, de ses amis, une communauté noire américaine vivant à Harlem dans les années 50/60.

La famille Montana élève ses deux fils : alors que Hall s’apprête à partir pour la guerre de Corée, Arthur se prend de passion pour le gospel et chante avec ses amis Crunch, Red et Peanut. Cette famille fait la connaissance de Julia, une fillette évangéliste qui prêche avec ferveur dans les églises et de Jimmy, son petit frère délaissé par ses parents. Mais un drame va se nouer qui changera à jamais le destin des personnages.

Harlem quartet est un hymne d’amour vibrant, un chant d’amour de Hall à son jeune frère, mort à l’âge de 39 ans, et à ses proches.
Et au milieu de tout cela, il y a les chants de gospel à la gloire de Dieu, le combat pour les droits civiques, la violence et le sexe.

L’écriture sensuelle de James Baldwin, rythmée par les cris poignants du gospel, nous entraîne ainsi dans un Harlem traversé par l’amour, la religion, la souffrance. Une atmosphère poétique, un grand récit sur la destinée humaine.

***

Il fallait être gonflé(e) pour adapter au théâtre Harlem Quartet, le chef-d’œuvre de l’écrivain noir américain James Baldwin. La metteuse en scène Elise Vigier l’a fait, et bien lui en a pris : elle signe un spectacle très réussi, et bienvenu en ces temps où les questions raciales sont ultrasensibles (...) Elise Vigier a réuni une excellente distribution d’acteurs noirs. Ludmilla Dabo (Julia), Jean-Christophe Folly (Hall), Nicolas Giret-Famin (Jimmy), Makita Samba (Arthur), William Edimo et Nanténé Traoré portent cette histoire de tout leur cœur et leur talent.
C’est une sensibilité particulière qui s’exprime ici, généreuse, blessée, flamboyante, et pas un prêchi-prêcha technocratique sur la « diversité ». Et c’est cette sen­sibilité qui fait de la question noire ou de la question homosexuelle des universels concernant la vie de chacun.

Fabienne Darge - LE MONDE - le 22 novembre 2017

L’écriture de Baldwin prend littéralement corps avec cette adaptation où l’intensité du jeu des comédiens délivre une épaisseur toute autre : ses mots coupent à la lecture, effraient souvent. Prononcés, accentués, criés, ils provoquent une tension similaire. Toutefois, ils déclenchent aussi le rire, un relâchement curieux qui n’est pas sans intérêt (...) La langue de Baldwin, crue et clairvoyante, poétique et pointue, emplit les poumons de Hall qui lance les mots en boucle. Le comédien Jean-Christophe Folly excelle à le faire, quand il nous prend à partie, le regard en abîme, nous attire dans ses blessures et ses réflexions. Son petit frère Arthur (Makita Samba) remet en question sa sexualité, déroule ses peines, ses désirs et ses cris en un gospel déchirant, plus tard retrouve le Jimmy de la famille Miller et en fait son amant. Le dispositif scénographique en une série de panneaux coulissants alterne avec dextérité scènes de vie in situ et séquences vidéo qu’Elise Vigier est allée filmer à Harlem en 2015 (…) Elise Vigier arrive à capter ce qu’il y a de doutes, de peurs et de douceurs chantés dans l’écriture de Baldwin
Jérémy Piette - LIBÉRATION - le 12 novembre 2017

***

Production Les Lucioles - Rennes Coproduction la Comédie de Caen - CDN de Normandie, la Maison des Arts et de la Culture - Créteil, le Théâtre National de Bretagne - Rennes Accueil en résidence Maison des Arts et de la Culture – Créteil, la Chartreuse - Centre National des écritures du spectacle Avec l’aide de l’Institut français & la Région BRETAGNE, Face Foundation - New York, l’avant Scène - Université de Princeton Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National (Paris) Avec le soutien de l’Adami & la Spedidam
Remerciements Service Culturel de l’Ambassade de France à New-York
et le 104 - établissement artistique et culturel de la ville de Paris

Harlem Impression from Le Studio MAC Créteil on Vimeo.

HARLEM IMPRESSION a été tourné en novembre 2015 dans le cadre d’une première résidence à New York.

Diffusion
Emmanuelle Ossena - EPOC
+ 33(0)6 03 47 45 51 I e.ossena epoc-productions.net
******************************


Téléchargements


 
@ Théâtre des Lucioles 2017