Collectif d’acteurs


D’après le roman graphique de LIV STRÖMQUIST
Publié sous le Signe Noir de Rackham

Mise en scène et adaptation
THOMAS JUBERT

Collaboration artistique
PIERRE MAILLET

avec
MAUD MEUNISSIER
SIMON PINEAU
POL TRONCO

Accueil en résidence
Comédie de St Etienne - CDN
Comédie de Colmar - CDN
TNP - Villeurbanne

Production
Les Lucioles - Rennes
Compagnie du Bouc Emissaire - Lyon

Avec le soutien
du Ministère de la Culture - DRAC Bretagne

 

LA ROSE LA PLUS ROUGE S’ÉPANOUIT


Dans le cadre du dispositif proposé par le Ministère de la Culture, Pierre Maillet accompagne le comédien Thomas Jubert dans la mise en scène d’une adaptation du livre de Liv Strömquist.


Présentation d’une maquette du projet
le 28 OCTOBRE - 14h30 > Comédie de COLMAR (64)


> PROJET

La légende urbaine voudrait que Leonardo DiCaprio ait enchaîné trente-trois conquêtes – toutes de sublimes top models – mais sans tomber amoureux d’une seule. Faut-il en chercher les raisons dans les arcanes de la société de consommation et sa propension au narcissisme ? Dans les lois de la biologie ? Ou, tout bêtement, dans le fait que ce cher Leo ne soit pas encore tombé sur la bonne ?

Et nous, dans tout ça, sommes-nous, comme lui, des complexés de l’engagement ?
Dans cette adaptation de la BD de Liv Strömquist La rose la plus rouge s’épanouit, nous parlons d’amour. Cet amour qui prend tant de place dans nos vies. Dans notre construction sociale. Cet amour qui nous rend légitime auprès de notre famille, de nos amis, de nos voisins, de nous-même. Qui est si intime et pourtant si politique.

Tout commence par une rupture. Lors d’une soirée karaoké, une nuit emplie des normes de la pop-culture qui nous réjouissent tant. Jules et Ariane se séparent, prenant à témoin Charles le barmaid. Ensembles, ils échouent tout et au travers de ces échecs tentent, armés d’histoires et d’anecdotes, de combattre leurs habitudes et questionner les évidences.

Au milieu de ce karaoké ils chantent, racontent, jouent, cherchent, errent un peu. Dans un autre temps : Léonardo Dicaprio. Lui ne joue pas, il témoigne de son existence. Entre-coupant l’histoire de nos trois personnages, il rappelle une hétéronormativité construite et romancée, le miroitement désenchanté de l’amour comme nouvel idéal de vie.

Pouvons-nous nous concevoir en-dehors du couple sans devenir des êtres individualistes ? Pouvons-nous aimer quelqu’un sans compromis ? Comment faire pour être amoureux dans un monde qui pousse à la fois à nous épanouir individuellement tout en glorifiant l’amour à deux ? Faut-il vraiment écrire la « suite de l’histoire » autour du sentiment amoureux, alors que celui-ci semble si instable ?



> LIV STRÖMQUIST

Née en 1978, Liv Strömquist est auteure de bandes dessinées, journaliste de télévision et animatrice de radio. Après avoir obtenu son diplôme en sciences politiques, elle se consacre aux questions sociales et en particulier à la condition de la femme, aux problèmes du tiers monde et aux politiques d’immigration.

Réalisant des bandes dessinées dès l’âge de huit ans, elle publie son premier livre, Hundra procent fett (100% graisse) en 2005, puis Drift malmö (La dérive des pulsions) en 2007, Einsteins fru (Madame Einstein) en 2007, Prins Charles känsla (Les sentiments du prince Charles) en 2010, Ja till Liv (Oui à la vie) en 2011, Kunskapens Frukt (L’origine du monde) en 2014 et Uppgang och fall (Grandeur & décadence) en 2016.

Liv Strömquist a travaillé pour le journal suédois Dagens Nyether et les revues Bang et Ordfront Magasin. Elle a reçu plusieurs prix littéraires dont le prestigieux prix de la satire « Ankan » décerné par le magazine Expressen.

Liv Strömquist est une auteure très populaire en Suède et ses livres connaissent toujours un grand succès auprès du public et de la critique. Ses bandes dessinées Les sentiments du Prince Charles et L’origine du monde ont aussi été adaptées au théâtre et mises en scène au Mälmo Stadsteater.

Depuis le printemps 2016, Liv Strömquist a animé avec l’écrivain Horace Engdahl, membre de l’Académie suédoise, la série d’émissions Liv och Horace i Europa pour la chaîne de télévision suédoise SVT.


> THOMAS JUBERT

se forme à l’École Nationale Supérieure des Arts Dramatiques de la Comédie de Saint-Étienne où il a travaillé avec, entre autres, Alain Françon, Caroline Guiela-Nguyen, Simon Delétang, Michel Raskine, Yann-Joël Collin, Arnaud Meunier, Valère Novarina... et adapte dans le cadre de projets personnels "En finir avec Eddy Bellegueule" d’Edouard Louis.

Thomas Jubert travaille en tant qu’acteur et assistant à la mise en scène dans différents projets. Il joue dans "Natures Mortes, à la gloire de la ville" de Manolis Tsipos et mis en scène par Michel Raskine, créé au festival IN d’Avignon 2014, "Tumultes" de Marion Aubert et mis en scène par Marion Guerrero créé en juin 2015 (toujours en tournée) ; "Et tâchons d’épuiser la mort dans un baiser" d’après la correspondance de Claude Debussy mis en scène par Marc Lainé créé au festival d’Aix-en-Provence 2016 ; "L’imparfait " d’Olivier Balazuc, créé au festival IN d’Avignon 2017 ; "Assoiffés" de Wajdi Mouawad mis en scène par Alice Tedde créé en janvier 2018.
En 2021, il assiste Pierre Maillet à la mise en scène de "Théorème(s)" librement inspiré du roman de Pier Paolo Pasolini.


 
@ Théâtre des Lucioles 2022